mardi 31 janvier 2017

PSA Sochaux Un pont aérien... pour des planches de bord !



lundi 30 janvier 2017

Hamon, marchand d'illusions, et Fillon, ennemi déclaré des travailleurs

    Aucun travailleur ne regrettera Valls, écarté par la primaire du PS. Après avoir singé Sarkozy comme ministre de l'Intérieur, il a mis en oeuvre une politique particulièrement antiouvrière comme Premier ministre. Avec Hollande, il a distribué les cadeaux au patronat, du CICE à la loi travail, en passant par la généralisation du travail du dimanche. Son arrogance à l'égard des travailleurs n'a eu d'égale que sa servilité envers les riches.

    C'est sur ce discrédit que Hamon s'est appuyé. Il a promis un revenu universel de 750 euros d'ici à 2022. Après des années de chômage de masse et d'une misère toujours plus grande, il présente ce revenu comme un progrès. Mais 750 euros ne permettent pas même de sortir de la pauvreté ! Ce dont les classes populaires ont besoin, ce n'est pas de la charité, mais d'emplois et de salaires corrects.

    Hamon explique que l'automatisation va rendre le travail plus rare. Pourtant, si la société fonctionnait pour l'intérêt collectif, l'automatisation permettrait de réduire le temps de travail et d'augmenter les salaires. Dans le système capitaliste, elle est utilisée pour améliorer les profits, et non les conditions d'existence des travailleurs. Changer cela, Hamon ne l'envisage pas puisqu'il ne conteste pas ce système basé sur l'exploitation capitaliste.

vendredi 27 janvier 2017

Primaire de gauche : au théâtre ce soir !



jeudi 26 janvier 2017

flux tendu jusqu'à la casse

     La production de la 3008 sur le site PSA de Sochaux a été arrêtée deux journées dans une équipe, une journée dans l’autre, et, aujourd’hui jeudi, à l’arrêt complet. Les pièces en mousse des planches de bords et des panneaux de porte ne sont plus livrées, depuis que l’usine du groupe Belge RECTICEL qui les fabrique en Tchéquie a brulée.

     Cette usine semble être le seul fournisseur et en l’absence de stocks, la direction annonce, au jour le jour, l’éventuelle reprise de la production, ou non. Depuis plusieurs dizaines d’années la production industrielle a supprimé ses stocks pour les mettre sur les routes en flux tendu. Parfois le flux est tellement tendu que ça casse. Les patrons le savent mais prennent les risques d’autant plus facilement qu’ils en font payer les conséquences aux travailleurs et leurs fournisseurs, aux premiers en faisant payer des jours chômés par l’état, c’est-à-dire sur les deniers publics, aux seconds par des pénalités financières.  

     Cette Pagaille qui concerne toute l’économie est commandée par le fonctionnement de ceux qui dirigent la production capitaliste, pour leurs profits exclusifs.

mercredi 25 janvier 2017

Pays de Montbéliard : les travailleuses de Soli-Cités toujours en grève

Une partie des travailleuses de Soli – Cités, association de 170 salariés qui interviennent auprès des personnes âgées et handicapées du Pays de Montbéliard sont toujours en grève. 

Celle-ci engagée début décembre a réuni mercredi plusieurs dizaines de grévistes qui sont allés forcer la porte de leur directeur qui refuse toujours d’annuler la baisse des indemnités kilométriques. Les grévistes qui travaillent  souvent à temps partiel refusent de perdre 50€ sur des salaires payés au SMIC.

Une salariée expliquait gagner 969 € pour 117 heures travaillées.

Baisser des salaires inférieurs à 1000€... ça va pas la tête !

Contre le chômage et la précarité, répartir le travail entre tous ! Interview de Nathalie Arthaud

mardi 24 janvier 2017

Contre le chômage et la précarité, interdiction des licenciements ! Interview de Nathalie Arthaud

Les migrants doivent obtenir l'asile en france

Les migrants qui avaient quitté la jungle de Calais il y a trois mois et dont une partie était arrivé en franche comte sont menacés d’être expulsés vers l’Italie.

C’est le cas de 24 jeunes hommes de nationalité soudanaise accueillis et logés sur la commune de grand Charmont. En effet une règlementation dite «  Dublin » permet d’expulser les migrant vers le pays où ils ont posé leurs empreintes digitales, parfois de force, dès leur arrivée en Europe. 

Pour obtenir leur départ de Calais, B. Caseneuve, le ministre de l’intérieur de l’époque, avait promis qu’ils ne seraient pas renvoyés et qu’ils pourraient demander l’asile en France, ce qu’ils ont fait. 

Aujourd’hui la préfecture du Doubs menace ces jeunes d’être expulsés. L’un d’eux a été sorti du dispositif pour être placé dans un hôtel sordide de Bart et est menacé de renvoi vers l’Italie qui elle peut le renvoyer au Soudan.

 Le gouvernement avait promis l’asile mais il n’est pas à un renoncement prêt, c’est même pour lui une habitude.

Les bénévoles en charge de l’accueil s’adressent au maire socialiste de Grand Charmont pour qu’il intervienne en faveur de l’asile des migrants. Pour ma part, en tant qu’élu Lutte Ouvrière au conseil municipal, je renouvellerai mon soutien à l’installation des migrants et à leur liberté de circulation.

lundi 23 janvier 2017

Hamon et Valls, les deux visages d'un PS aux ordres du grand patronat

    Si la sanction infligée à Valls au premier tour de la primaire du PS se confirme au second, aucun travailleur ne le regrettera. Valls incarne depuis longtemps l'aile droite du PS, qui voudrait que ce parti cesse de se dire « socialiste ». Depuis 2012, comme ministre de l'Intérieur puis comme Premier ministre, il s'est posé en champion de l'ordre et du conservatisme. Avec arrogance, Valls a mené une politique entièrement dévouée au grand patronat qui, de la loi Macron à la loi Travail et à toutes les aides accordées aux entreprises, n'a eu qu'à se féliciter d'un tel serviteur. Et ses contorsions de dernière minute, qui l'ont vu prôner l'abrogation d'un article 49.3 dont il a abusé, sont aussi ridicules que celles d'un marchand de canons qui plaiderait pour la paix dans le monde...

    Les commentateurs expliquent que le PS serait maintenant scindé en « deux gauches irréconciliables ». Quelle blague ! Avec un discours un peu plus à gauche, Hamon a touché nombre d'électeurs PS déçus par le quinquennat. Mais il en est tout autant responsable. Comme Valls, Hamon est au PS depuis 30 ans. Comme Valls, Hamon a fait campagne pour Hollande en 2012. Comme Valls, il est devenu ministre. En 2014, il a fait partie de ceux qui, au sein du gouvernement, ont soutenu Valls pour qu'il remplace Ayrault - on a connu plus « irréconciliables » !

    Dans sa campagne, Hamon a cherché à se singulariser avec la proposition d'un revenu universel de 750 euros d'ici à 2022. Ce dont les classes populaires ont besoin, c'est d'un travail avec un salaire décent, qui ne devrait pas être inférieur à 1800 euros nets.

mercredi 18 janvier 2017

Ceux pour qui hiver rime avec enfer.



Radio Shalom Besançon : Interview de Nathalie Arthaud lors de son meeting à Besançon ; 14 janvier 2017

mardi 17 janvier 2017

Face à tous les politiciens, faire entendre les exigences des travailleurs

    Les débats de la primaire de la gauche ne sont guère tournés vers les préoccupations des travailleurs, et les sept prétendants incarnent la même politique.

    Cinq ont été ministres de Hollande. On pourrait l'ignorer, tant ils essaient de se démarquer du bilan gouvernemental. Comme si c'était un autre parti que le PS qui gouverne depuis 2012 ! Même Valls, qui défend le bilan de Hollande, a le culot d'expliquer qu'il veut abroger l'article 49.3, dont il usa pour faire passer les dispositions antiouvrières des lois Macron et El Khomri.

    Pour faire oublier leur bilan désastreux au pouvoir, les candidats essaient de se refaire une virginité auprès de l'électorat de gauche : Hamon avec le revenu universel, Valls avec le revenu décent, Montebourg comme « candidat de la feuille de paye ».

    Derrière leur cinéma, tous sont comptables, au même titre que la droite, du recul de la condition ouvrière. Six millions de chômeurs, soit un million de plus qu'en 2012 ; neuf millions de pauvres, soit un million de plus : les classes populaires payent un lourd tribut. En cette période de froid, même l'hébergement d'urgence est débordé, à tel point que la moitié des appelants du 115 n'obtiennent pas de lit pour la nuit, faute de places !

    Et il n'y a pas que les sans-abri et les chômeurs dont la condition s'est dégradée. Pour les ouvriers et les employés, la précarité augmente. Et l'histoire de Robert Marchand, le cycliste centenaire qui vit avec 900 euros de retraite, après avoir travaillé de 12 à 89 ans, illustre la condition de millions de retraités, vivant avec des petites pensions.

lundi 16 janvier 2017

Job Dating PSA Sochaux : Des "embauches" aussi rapides que les débauches à venir...

Le groupe PSA qui vient d’annoncer un record de ses ventes 2016, et certainement plus de 2 milliards de profits, va organiser pour Sochaux un « Job Dating » le 17 Janvier à Montbéliard pour recruter 400 intérimaires. Lors du premier jobdating, PSA avait embauchés 200 intérimaires sur les 580 candidats qui s'étaient présentés.
C’est un marché à l’embauche express d’ouvriers intérimaires. Les candidats font la queue, leur CV en main, leur candidature sera examinée par des agences intérimaires. Pôle emploi explique sur son site que " ce modèle de rendez-vous offre aux recruteurs la possibilité de passer un maximum d’entretiens dans un minimum de temps".
Et c'est bien connu le temps c'est de l'argent. Embauchés vite, les intérimaires seront aussi vite débarqués lorsque les commandes et les profits de la direction l'exigeront.

jeudi 12 janvier 2017

Montbéliard Jeudi 12 Janvier, manifestons notre soutien à Dominique Henry.



mercredi 11 janvier 2017

Renault : accord sur le dos des ouvriers



lundi 9 janvier 2017

Trump, Le Pen et les charlatans du protectionnisme

    Il a suffi à Trump, qui n'est pas encore investi comme président, de faire quelques tweets sur l'industrie automobile, pour se faire applaudir de ce côté-ci de l'Atlantique. Marine Le Pen l'a ainsi salué pour « la démonstration qu'on peut [...] imposer dans l'intérêt du peuple américain la relocalisation d'activités industrielles ». Montebourg a affirmé sans rire : « Donald Trump reprend mes thèmes. » Et Mélenchon a déclaré qu'il se réjouirait « de négocier avec un homme pareil ».

    De quoi s'agit-il ? Après des menaces de Trump, qui a fait campagne contre les délocalisations, Ford a dit qu'il renonce à construire une usine au Mexique et qu'il investira au contraire dans le Michigan. Trump a également mis en garde General Motors pour des investissements au Mexique.

    Trump est un charlatan et Le Pen lui fait une publicité mensongère. En réalité, Ford avait pris sa décision avant les élections. Et rien ne dit que la multinationale créera des emplois aux États-Unis : ces dernières années, les constructeurs ont augmenté leur production sans embaucher. Ce n'est pas Ford qui cède à Trump, mais Trump qui déroule le tapis rouge aux grandes firmes capitalistes. Car s'il a menacé de taxer les produits fabriqués à l'étranger, il a surtout annoncé qu'il réduira le taux d'impôt des sociétés de 35 % à 15 %. Autrement dit, il s'apprête à faire des États-Unis un grand paradis fiscal.

samedi 7 janvier 2017

PSA – Sochaux : Le compte n’y est pas

La direction de PSA vient d’annoncer, comme une nouveauté sans précédent depuis 2011, 170 embauches en CDI pour 2017.

Il s’agit en réalité de 70 embauches fermes concernant 50 ouvriers et 20 chefs d’équipe, et de 100 recrutements en CDI intérimaire, par les agences d’intérim.

En fait, depuis 2011, pas moins de 2 950 emplois (2 300 ouvriers et 650 ETAM) ont été supprimés. Cette annonce intervient avec celle d’une augmentation des cadences, pour produire deux nouvelles voitures, passer de 700 à 1 000 par jour, et nuit, pour la fabrication de la Peugeot 3008.

Tenir un poste est déjà à la limite de l’insupportable. Avec en plus des allongements d’horaires, des samedis travaillés pour une moitié des effectifs ouvriers pendant que l’autre moitié chôme, des intérimaires se retrouvent avec un salaire de 800 à 900 euros par mois.

En réalité, la direction annonce ainsi l’accentuation de la précarité et de la flexibilité, et ne fait pas illusion. Les travailleurs, les 1 500 intérimaires actuellement sur les chaînes de production, ceux qui sont dans le collimateur permanent de la direction, tous savent à quoi s’en tenir, tout comme les malades et ceux qui, handicapés, ne peuvent pas tenir n’importe quel poste.

La réalité chez PSA, c’est l’écrasement des emplois, des salaires et des conditions de travail, pour que les profits continuent de grimper

vendredi 6 janvier 2017

Vivarte : interdiction des licenciements !

Les salariés du groupe Vivarte (La Halle, André, Naf Naf…) ont manifesté devant le ministère des finances contre les licenciements qui les menacent. 

Banderolle sur un magasin La Halle du groupe Vivarte
Les actionnaires du groupe, des fonds d'investissements, veulent atteindre des profits maxima. Ils ont décidé de revendre le groupe morceau par morceau, avec des milliers de licenciements à la clef. Patrick Puy, le Pdg, nommé en novembre dernier s'y connaît en casse de l'emploi. Il a déjà effectué cette basse besogne chez Moulinex et Arc. 

Les salariés réclament le soutien du gouvernement. Mais, de Peugeot à Mory Ducros en passant par Mittal, ce gouvernement socialiste a toujours choisi le camp des licencieurs. Pour sauver leurs emplois, les travailleurs ne peuvent compter que sur leur mobilisation.

jeudi 5 janvier 2017

Région Bourgogne - Franche-Comté : Une nouvelle mesure en faveur des patrons

La présidente socialiste de la région Bourgogne - Franche-Comté, est très fière d’elle-même, elle est à l'initiative d'un dispositif qui prend effet le 1er Janvier : étendre l'apprentissage, jusqu'à maintenant limité à 25 ans, jusqu’à 30 ans.

Elle se vante d’en avoir parlé au Premier ministre de l'époque, Manuel Valls. Celui-ci l’a inclus dans la Loi Travail avec une expérimentation dans sept régions A l'issue des deux expérimentations qui se termineront le 31 décembre 2019, chaque région devra adresser un bilan à l'Etat.

C'est assurément un avantage pour les patrons qui vont augmenter leur réserve de main-d'œuvre précaire et sous-payée. Ce n'est pas le cas pour les travailleurs, qui voient la précarité augmenter une fois de plus.

Ce n’est pas ce type de cadeau au patronat qui va résoudre le chômage ni même faire diminuer le nombre de chômeurs.

mardi 3 janvier 2017

L'année 2017 qu'ils nous préparent et celle qu'il nous faudrait

    Même les adeptes de la méthode Coué auront du mal à qualifier 2016 de « bonne année » pour l'humanité, qui paye un lourd tribut à l'organisation capitaliste de la société.

    Le bilan de l'année passée, c'est d'abord la guerre. Le monde est ravagé par les conflits, de la Syrie au Yémen, de la Libye à l'Irak, de l'Afghanistan à la Birmanie, jusqu'à l'Ukraine et à la Turquie si proches. Oh, ce n'est pas perdu pour tout le monde : en 2016, les ventes d'armes ont battu des records. Pour les marchands de canons français, les guerres sont des aubaines : vente de Rafale à l'Inde, de sous-marins à l'Australie, d'hélicoptères à Singapour et au Koweït, de véhicules blindés, etc.

    Presque tous les pays ont augmenté leur budget militaire, à commencer par les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, qui dépensent à eux seuls la moitié du budget militaire mondial. En France même, malgré les jérémiades des hauts gradés, l'armée française est à la noce : elle aura bientôt de nouveaux fusils, des sous-marins et des avions. En 2017, la hausse des ventes de ces engins de mort devrait se poursuivre. Trump ne coupera pas dans le budget de l'armée, et Fillon, Le Pen ou Valls non plus.

lundi 2 janvier 2017

Peugeot-Sochaux : La classe ouvrière fabrique toutes les marques de voiture

A Sochaux, PSA va faire fabriquer sur ses chaines de montage un véhicule OPEL, la marque allemande de l’américain Général Motors.

Après la fabrication d’une voiture Citroën, cela a l’air de surprendre la presse locale qui pendant des décennies a accompagné le « Peugeotisme » le plus crasse, entretenu auprès des ouvriers par les dirigeants du groupe et son encadrement.

Il n’y a même pas si longtemps qu’il fallait rouler en Peugeot pour avoir le droit de se garer sur les parkings dans l’usine . Les âneries telles qu’être fier d’être « Un Peugeot et de fabriquer des Peugeot » est battu en brèche par Peugeot lui-même aujourd’hui.

Les patrons, pour qui seules leurs affaires comptent, abandonnent progressivement ce paternalisme suranné, une arme qu’ils ont usée pour obscurcir la conscience des travailleurs.

Cette conscience que, au-delà de la marque et du patron qui les exploite, les travailleurs produisent tout, contribue à l’émancipation de notre classe.

Hôpital Nord Franche-Comté (Belfort-Montbéliard) : Ça grippe de plus en plus fort !

Après trois semaines d’épidémie de grippe en forte progression, les pics d’engorgement des Urgences atteignent de nouveaux sommets. A Belfort, les patients, surtout des personnes âgées, doivent maintenant attendre jusqu’à 20 heures sur des brancards avant d’être pris en charge.

La veille de Noël, Marisol Touraine pérorait sur les médias pour dire qu’elle n’avait « pas d’inquiétude sur la capacité des hôpitaux d’accueillir les personnes malades » car les hôpitaux étaient "en situation de mobilisation, d'alerte et de vigilance". En fait de mobilisation, au bout de trois semaines, les soignants épuisés, qui courent partout, dénoncent l’absence totale de moyens supplémentaires mis en œuvre. Aucun renfort par exemple pour le bionettoyage, ni pour les infirmières, et les aides-soignantes.

Et cela dans un hôpital, qui, comme tous, est complètement « grippé » par les suppressions de lits et les compressions de personnel. Le véritable danger d’une épidémie de grippe saisonnière est là !