mardi 28 mars 2017

Avec Nathalie Arthaud, faisons entendre le camp des travailleurs !

    Dimanche dernier, Nathalie Arthaud tenait son principal meeting de campagne, devant 4000 personnes, à Aubervilliers près de Paris. Parmi les intervenants, plusieurs militants ouvriers ont dénoncé la lutte de classe menée au quotidien par leur patron. Les chantiers navals à Saint-Nazaire recourent massivement à l'intérim et à la sous-traitance, avec des rythmes de travail toujours plus soutenus qui augmentent les risques d'accident. Le groupe aéronautique Safran bloque les salaires et fait 1,8 milliard d'euros de profits, soit l'équivalent de 2250 euros brut mensuels prélevés sur chaque salarié ! La direction de PSA parvient à un profit record, lui permettant de racheter Opel et d'arroser ses actionnaires, parce qu'elle a fermé une usine et supprimé 17 000 emplois. Même dans les hôpitaux, les critères de rentabilité s'imposent, les personnels sont débordés et les patients en souffrent. Elles sont là, les raisons de la crise. En licenciant les uns et en surexploitant les autres, le grand patronat accumule des fortunes colossales, mais il appauvrit le reste de la société.

    En Guyane, la classe capitaliste fait preuve de la même rapacité. Dans ce vestige de l'empire colonial, près de la moitié des familles vivent sous le seuil de pauvreté et un jeune sur deux est au chômage. On y lance ces merveilles de technologie que sont les fusées Ariane, mais une partie des habitants n'a ni eau courante, ni électricité ! La mortalité infantile est trois fois plus élevée que la moyenne française. Les écoliers sont encadrés par deux fois moins d'adultes qu'en métropole.

mardi 21 mars 2017

France Bleu Franche-Comté : Interview de Michel Treppo

Avec Nathalie Arthaud, faisons entendre le camp des travailleurs

    Le week-end dernier, Hamon et Mélenchon ont tenté de relancer leurs campagnes. Hamon a critiqué « le parti de l'argent », visant Le Pen, Fillon et Macron. Le Pen, qui avait sous-estimé son patrimoine pour échapper à l'impôt sur la fortune, est une bourgeoise. Elle est toujours en pointe pour opposer les travailleurs français aux travailleurs étrangers, qui sont nos frères de classe, comme les sans-papiers en grève de Rungis. Rien qu'en voulant nous diviser, elle sert le grand patronat.

    Fillon et Macron ne se cachent pas, eux, de vouloir servir les riches. Allégement ou suppression de l'impôt sur la fortune, hausse de la TVA, attaques contre les retraites, ou encore suppression de postes dans le secteur public : tout leur programme est destiné aux privilégiés.

    Mais quelle politique portent Hamon et Mélenchon ? Le PS nous a habitués à faire des promesses électorales... avant de les renier. En 2012, Hollande avait fustigé « la finance », et la finance ne s'est jamais aussi bien portée. Dans un meeting à Bercy, Hamon s'est moqué de Macron : « Vous êtes chômeurs ? Créez votre entreprise ! Vous êtes pauvres ? Devenez milliardaires ! ». Mais, en guise de « futur désirable », Hamon promet un revenu universel qui se réduit avant même l'élection ; autrement dit : « Vous êtes pauvres ? Restez pauvres ! » Non merci !

vendredi 17 mars 2017

Hôpital Nord Franche Comté-Trévenans : Gonflés à bloc !

L’ensemble du personnel du bloc opératoire présent mercredi 15 mars était en grève et s’est réuni en assemblée générale pour dénoncer la dégradation des conditions de travail qui pèse sur l’ensemble des agents et ne permet pas d’assurer la qualité et la sécurité des soins.
Avec le soutien des médecins et malgré les assignations de la direction, ce sont plus de 100 agents, tout personnel confondu, qui ont fait entendre leur colère. Les grévistes ont décidé collectivement d’aller s’adresser à leurs collègues des autres services et aux usagers de l’hôpital.
Les réactions ont été nombreuses et chaleureuses témoignant d’un ras le bol général. Le personnel du bloc opératoire a montré qu’il n’était pas prêt à subir les attaques de la direction.
Cette première réaction en appelle d’autres et le personnel qui s’est mobilisé est bien décidé à ne pas en rester là.
Cette première démonstration de force a regonflé tout le monde… à bloc !

jeudi 16 mars 2017

Montbéliard : Le 18 Mars 2017 : Fête de Lutte ouvrière

Le 18 mars, c'est la fête de Lutte ouvrière, ce sera à la Roselière Montbéliard, à partir de 16h00. 

Jean-Pierre MERCIER, porte-parole national de Lutte ouvrière animera le débat à 17h30.
 

Entrée avec repas : 14€ (18€ sur place) – 7€ moins de 14 ans. Entrée sans repas : 5€
Renseignements et réservation :
Montbéliard : 06 89 77 93 05 – lo.sochaux@gmail [1].
Belfort : 06 15 06 03 11 – lo.belfort@orange.fr